Les déchets résiduels

Les déchets ménagers qui n’ont pu être recyclés, compostés ou valorisés (on parle de "déchets ultimes") doivent être valorisés dans des sites répondant à des exigences environnementales propres à les accueillir.

La plus grande partie de ces déchets résiduels ont pour vocation à être valorisés dans le bioréacteur.

Le principe de valorisation énergétique des déchets résiduels par bioréacteur est un compromis entre les Centres d’Enfouissement Technique classiques et la méthanisation. Le bioréacteur est constitué de cellules étanches, dans lesquelles la dégradation des déchets est accélérée par intensification de l’activité bactérienne.

[ Schéma ou photo à venir ]

Le bioréacteur, outil départemental

Le bioréacteur a pour vocation la valorisation des déchets résiduels issus du territoire du plan départemental.

Le bioréacteur, outil départemental

Les déchets résiduels sont les "ordures ménagères" qui, après recyclage, compostage ou traitement dans les filières spécifiques, doivent être traitées.

Ces déchets proviennent des foyers tarnais (élargis aux communes de Haute Garonne adhérentes au SIPOM de Revel et du territoire du Saint Ponais). Après leur collecte dans les foyers, ils sont regroupés dans des bennes en quais de transfert avant de convoyer vers leur ultime valorisation.

Le bioréacteur, outil de valorisation optimale

Le gisement de déchets, après recyclage et compostage, n’est pas totalement stabilisé. Une dernière valorisation est encore possible… TRIFYL a donc choisi une solution innovante : le bio réacteur qui consiste en une dégradation accélérée des déchets dans des cellules étanches.

Les effluents liquides (lixiviats) et gazeux (biogaz) sont récupérés pour être valorisés : Les eaux de percolation vont être réinjectées pour accélérer la méthanisation et le biogaz va être aspiré pour produire de l’énergie.

Le bioréacteur, outil à taille humaine

Dans sa gestion de la filière Déchets, TRIFYL s’est équipé de procédés à la fois performants (en s’appuyant sur des technologies reconnues et en les optimisant) et économiquement acceptables.

C’est encore ce fonctionnement qui a primé dans le choix du bioréacteur : un équipement moderne à un coût inférieur à la plupart des autres process de valorisation énergétique.

Définitions :
LIXIVIATS : Ils résultent des eaux de pluie qui tombent sur la zone d’exploitation et s’infiltrent à travers les déchets. Grâce aux systèmes d’alvéoles étanches et d’équipements de drainage et de pompage du bioréacteur, les lixiviats sont récupérés et en grande partie réutilisés pour humidifier les déchets et accélérer la fermentation. Les résidus sont traités.
BIOGAZ : Le biogaz, mélange de méthane et de gaz carbonique est issu de la fermentation anaérobie des déchets organiques. Les infrastructures de captage et de valorisation du bioréacteur permettent de réduire les nuisances olfactives et surtout de valoriser le biogaz en énergie.

Couleur Media Couleur Media | création de site internet | Tous droits réservés ©2011 SIPOM logo admin